AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez| .

Faites n 'importe quoi mais ne me laissez pas tomber ( pv Raphaël )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Gabriella Vasquez Follet
Votre admin dévouée


Orientation Sexuelle : Hétéro
Ma bouille :
Avatar : Emily Didonato
Statut civil : Mariée et amoureuse de Jayden Follet ♥
Profession : Mannequin / Interne en médecine urgentiste
Age du personnage : 08.02.91 ( 25 ans )
Copyright : Avatar et signature de Jacob McClaren ( Cynthia DS )




MessageSujet: Faites n 'importe quoi mais ne me laissez pas tomber ( pv Raphaël ) Lun 2 Jan - 22:55

Je suis en train de faire mon jogging dans le quartier où j’habite. J’aime bien l’odeur du sable chaud, j’aime voir le soleil se coucher à l’horizon le soir, les étoiles se réveiller. J’aime également voir les lumières de la ville pointer le bout de leur nez. J’aime vraiment cette ambiance chaude et  conviviale. Je rencontre souvent les mêmes personnes le soir. Les joggeurs qui me saluent tous les jours au même endroit à la même heure, le couple de petits vieux adorables qui promènent leur chihuahua ou encore ces jeunes amoureux qui se cachent sur un banc derrière l’église pour s’embrasser. Et puis, il y a ce type. Je ne l’ai jamais vu, pourtant son regard est insistant sur moi. Il me suit du regard, il ne sourie pas. Vous savez, il semble impassible, il me fout les jetons, je dois bien l’avouer.

Je cours un peu plus vite que d’habitude, je regarde si je ne trouve pas quelqu’un, mais personne. Purée, il n’est pourtant que 18h30 et il n’y a personne dans les sentiers pédestres. Je pars donc vers la ville, vers les habitations. Il se met à courir lui aussi, faisant de petites foulées, comme si il commençait un jogging, mais vous devriez le voir, type latino, habillé d’un jeans baggy et d’une chemise à carreau. Il a des tatouages dans le cou, mais il est bien trop loin pour que je les reconnaisse et puis, de plus, je compte pas m’approcher pour les voir de plus près.

Une fois dans la ville, je vois qu’il a de plus en plus de mal à me suivre, mais il est toujours là, derrière moi, jusqu’à ce que je vois ce jeune homme, plus ou moins mon âge. Il est au bout de la rue, c’est pas tout prêt, je commence aussi à fatiguée, j’en étais à la fin de mon parcours, mais je vais tenir. Je coures et je sens derrière moi qu’il accélère. Je souffle, j’ai un point de côté, j’ai mal et j’ai du mal à respirer, il faut dire que j’ai de moins en moins de temps pour courir. Et là, d’un coup, j’arrive à son niveau, l’autre se stoppe net quand il remarque que je vais lui parler. Mes mains sur mes genoux, je lui dis, tout bas S’il-vous-plait, ce type là derrière me suit depuis une demi heure, je sais pas quoi faire ! Je lève le regard vers mon sauveur. Oui, il faut qu’il reste avec moi, n’importe quoi pour que l’autre s’en aille. S’ il vous plait, que je ne tombe pas sur un lâche qui va se foutre de ce qu’il peut m’arriver. Surtout que j’ai l’impression d’être ciblée, surtout après le message menaçant que j’ai reçu ce matin, celui qui parlait de ma possible mort prochaine. S’ il vous plait, je ne  veux pas qu’il me laisse. Je lui fais des yeux vraiment suppliant !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Raphaël S. Dwayne
Membre chéri et adoré


Orientation Sexuelle : Hétéro
Avatar : Mathieu Fucking Sommet
Statut civil : Célibatârd
Profession : Caissier chez burger king
Age du personnage : 25 ans
Copyright : NJ ♥




MessageSujet: Re: Faites n 'importe quoi mais ne me laissez pas tomber ( pv Raphaël ) Jeu 12 Jan - 21:20

Le quotidien peut être d'un ennui incroyable. Dire que quand j'étais petit, je me rêvais cowboy, ami avec un extra-terrestre, ou que sais-je encore, j'avoue que je suis bien vite redescendu de mon petit nuage, lorsque je me suis retrouvé ici, à vendre des hamburgers et autres frites à des connards mal-embouchés. Mais bon, toujours voir le positif dans chaque chose de la vie: c'est vrai que ce taff ne me plait pas, c'est rien de le dire. Mais au moins, je peux me dire que... si je mets de l'argent de côté, alors je pourrais enfin vivre pleinement de mes courts métrages. Enfin ça, ce sera bien sûr si le public est au rendez-vous. Mais ce qui est-sur, c'est que scénariser des choses et les filmer, ça fait partie de moi. Ca m'anime et j'aime ça plus que tout. Tout ça, c'est ce à quoi je pense en allant prendre mon sacro-saint café du soir. Non, pour une fois, je tente de réfreiner mes envies d'aller boire un verre. Je veux prouver à mon médecin qu'il se met le doigt dans l'oeil. Je suis tout sauf un putain d'alcoolique, vous ne pensez pas que j'ai déjà assez de merdes sur le dos, pour me rajouter celle là ? ça, c'est ce que je lui avais dit, et qui m'avait valu l'envoi express chez la psy. Mais je persiste et je signe: je ne suis pas comme il dit. J'ai juste besoin d'aide pour m'aider à me sentir mieux, c'est tout !

Sourcils froncés, perdu au plus profond de moi-même, je ne fais pas attention à ce qu'il se passe devant moi, et entre dans le starbucks, continuant de ruminer dans la file d'attente interminable. Nom de Dieu, une telle queue pour un putain de café, sérieusement ? J'ai du mal à y croire ! Et en même temps... c'est pas si illogique si on y réfléchit deux secondes: c'est la fin de journée, les gens sortent du travail, et si certains préfèrent une blonde ambrée capable de vous faire perdre la tête si vous en abusez -ça vaut pour la bière comme pour les femmes: si d'aucuns vont au bar, d'autres encore vont au camtar... mais ça, c'est une autre histoire que je tairai. Les enfants ne sont pas encore couchés à cette heure-ci !- , d'autres sont plus sages, préférant prendre cinq minutes devant un café bien noir et fumant, observant le flot incessant des vagues de passants qui défilent. Les aléas du souffle régulier de la ville, le bourdonnement des moteurs, semblables à ceux des abeilles qui rentreraient chez elles. Oui, c'est ça. En fait, Phoenix est une grosse ruche ! Mon instant philosophe me permet de patienter plus facilement dans la file, à tel point qu'en réalité, je ne me suis pas vraiment aperçu que tout le monde avant moi a déjà été servi... Une fois ma commande passée et mon café en main, je sors de l'échoppe, une main dans la poche, l'autre tenant mon café -forcément !-. Je m'apprête à le boire en route, direction: chez moi. Sauf que je suis arrêté dans mes plans par une jeune femme. Au début, je ne comprends pas ce qu'elle veut, elle parle très vite. Mais... C'est lorsque je vois le mec arriver derrière elle, que je commence à comprendre, remettant tous ses mots dans l'ordre. Elle est suivie, et veut que je l'aide. Avant l'arrivée de l'homme, je lui lance :

- Bon, j'ai un plan, ayez confiance, d'accord ?


Je lui dis ça, parce que je sais que ce que je vais faire pourrait lui paraître extrêmement étrange, d'autant plus qu'on ne s'est jamais vus au par avant. Une fois l'homme à notre hauteur, je lance à la jeune femme, assez fort, histoire que le mec entende:

- T'as passé une bonne journée mon amour ?

Et pour ajouter un peu de réalisme, je la serre dans mes bras, en profitant pour lui chuchoter:

- On va trouver comment le faire partir, vous en faites pas !


Car oui, je ne compte pas la laisser tomber, je vais rester avec elle jusqu'à ce qu'il lui aie foutu la paix !

_________________

JUST LIKE ANIMALS

Baby I'm playing on you tonight, hunt you down eat you alive, juste like animals, animals, like animals-mals... © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Gabriella Vasquez Follet
Votre admin dévouée


Orientation Sexuelle : Hétéro
Ma bouille :
Avatar : Emily Didonato
Statut civil : Mariée et amoureuse de Jayden Follet ♥
Profession : Mannequin / Interne en médecine urgentiste
Age du personnage : 08.02.91 ( 25 ans )
Copyright : Avatar et signature de Jacob McClaren ( Cynthia DS )




MessageSujet: Re: Faites n 'importe quoi mais ne me laissez pas tomber ( pv Raphaël ) Hier à 21:58

Ne pas se laisser démonter. Toujours garder la tête haute. Ne jamais montrer qu’on a peur. Voilà plein de petites choses  que ma mère m’a apprise quand j’étais gamine et qu’ elle devait faire face à ces gangs de rues qui nous pourrissaient la vie. Et j’avoue que je n’en suis pas encore bien haut. Je ne lui arrive pas à la cheville pour dire vrai. Mais je fais des efforts, je ne cède plus à la panique à chaque texto un peu flippant que je reçois. Ceux qui parle de ma prochaine mort, de celle de mes proches en signant d’un petit D. Lorsque je me sens suivie et que j’ai aucune preuve non plus, je garde mon sourire et je continue ce que je fais, mais là, là c’est différent. Je l’ai vu, je suis sûre et certaine qu’il m’a suivie. Cela ne pouvait pas être une coïncidence.

Alors oui, je panique, comment rester calme quand vous avez un type louche qui vous courre aux basques en plein milieu d’une piste de promenade déserte, une fois le soleil commençant à se coucher. Non mais franchement, je suis contente d’être tombée sur ce jeune homme. Le pauvre, il ne semble rien  comprendre au départ, faut dire que j’ai vraiment déboulée dans son champs de vision comme une furie surexcitée. Même si je ne le dis pas, je prie tout au fond de ma tête, qu’il ne me laisse pas tomber, il est la seule âme vivante à des kilomètres à la ronde j’ai l’impression. Je ne respire plus, je retiens ma respiration jusqu’à ce qu’il me dit qu’il a un plan… Je lui fais oui de la tête, mais je suis totalement perdue et déboussolée, je ne suis pas sûre qu’il comprenne où il est tombé avec moi et toutes les histoires que j’ai sur le dos, mais je suis contente qu’il n’aie pas pris ses jambes à son cou en voyant l’air menaçant et baraqué de l’autre latino.

Je déglutis difficilement alors que le mec qui me suit me frôle en passant à mon niveau et je réponds, totalement mal à l’aise à l’inconnu Longue sans toi ! Je ne cherche même pas à ce que ça paraisse vrai, j’ai l’impression que mes jambes vont se dérobées sous moi tellement elles sont faibles. Quand il me serre dans ses bras, je passe moi aussi mes bras autour de sa taille et je l’écoute me murmurer qu’on va trouver comme le faire partir. Je ne dis rien, je ne sais pas quoi dire à part merci et je crois que c’est pas le moment vu que je lui amène surement une tonne d’emmerdements en l’approchant ainsi. Je me recule alors que l’autre homme est parti s’adosser à un mur non loin et que son regard ne fait que me fixer Vous avez une voiture ? Ou un téléphone pour appeler un taxi ? S’il-vous-plait ! Oui, je crois que la meilleure chose à faire c’est surprendre ce type en partant, loin. Il ne semble pas avoir envie de faire autre chose que de me suivre, mais on ne sait jamais avec ce genre de personnes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Faites n 'importe quoi mais ne me laissez pas tomber ( pv Raphaël ) Aujourd'hui à 0:31

Revenir en haut Aller en bas

Faites n 'importe quoi mais ne me laissez pas tomber ( pv Raphaël )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Je ferais n'importe quoi pour toi. [Kyoko]
» Postez des blagues sur n'importe quoi ici!
» Vivre n'importe comment, mais vivre ! [Amy] Terminé
» Un brin de n'importe quoi ?
» Bonnie Peepa Porcelain ♦ "Si t'as des soucis, j'ai les mêmes aussi, mais je f'rai n'importe quoi pour toi..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arizona Dream :: Phoenix :: Phoenix North-