AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez| .

When there is a flame, someone's 'bout to get burned | Shelly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Raphaël S. Dwayne
Membre chéri et adoré


Orientation Sexuelle : Hétéro
Avatar : Mathieu Fucking Sommet
Statut civil : Célibatârd
Profession : Caissier chez burger king
Age du personnage : 25 ans
Copyright : NJ ♥




MessageSujet: When there is a flame, someone's 'bout to get burned | Shelly Ven 6 Jan - 3:19


Plongé dans un sommeil profond, mon cerveau est enseveli par des cauchemars épouvantables. Mes mains agrippent mes draps alors que dans ma tête se joue le théâtre de mes peurs les plus profondes. L'abandon, la mort. Cette putain de soirée de novembre, où j'ai perdu tout ce que j'avais de plus cher. Mes amis, seconde famille avec laquelle j'avançais, ma confiance en l'autre, peut être ma naïveté aussi: désormais, j'étais certain que le monde n'était pas si beau que ce que certains pourraient vouloir nous faire croire. Je revois l'horreur, je sens à nouveau la peur figée au plus profond de mes entrailles, et les odeurs de poudre et de sang mêlées à celles de la peur et des corps sans vie de mes amis me sautent à la gorge. Je ne veux pas, je ne peux pas vivre tout cela éternellement, je le sais bien. Mais mon cerveau, lui, semble en décider autrement.

Réveillé en sursaut par quelques sanglots intempestifs, je tente de reprendre mon souffle, murmure pour me rassurer

- C'est fini. Tout est fini.C'est dans ton crâne !


Pourtant, ça semblait tellement réel ... et pour cause. Cette scène, je l'ai vécue. C'est d'ailleurs à cause d'elle, qu'on a atterri ici, un peu par hasard, mon chat et moi. Je reste là, emprisonné dans cette impression de malaise pendant un bon moment, avant de craquer. J'ai besoin d'un verre. Peut-être même de deux, ou de trois. Qu'importe, après tout ? j'ai besoin d'oublier, de rester dans l'instant présent, sans penser à rien, au moins l'espace d'un instant...

Il est environ minuit, lorsque j'entre dans le bar. Je sais que je n'ai rien à faire ici. Enfin ça, c'est selon mon médecin. Lui, dit que je suis alcoolique. Moi, je dis que c'est des conneries. C'est faux. Je suis capable de m'arrêter de boire dès que j'en ai envie. Mais cette envie n'était pas là, pourquoi stopper net cette sensation tellement agréable, hein ?
Devant mon verre, je pense à des choses, et d'autres, notamment ce foutu rendez-vous que j'aurais demain, à la première heure, chez un psy. Comme si j'avais besoin de ça, sérieusement ! Je n'ai rien contre eux, mais je déteste cette profession. C'est quoi, le projet ? entrer dans le moindre recoin de ta tête, tout savoir, te sonder ? non. Très peu pour moi. Je peux me débrouiller sans, mais là encore, mon médecin est d'un autre avis. Enfoiré. Un jour, j'te jure que je te foutrai chez un psy toi aussi. On verra bien ce qu'il dira de toi. Je suis sûr que t'es un putain de pervers polymorphe. Je termine mon verre d'un traite, et en commande un autre derechef. Je sais qu'il ne faut pas trop que je traine ici...

***

Ca fait maintenant une demi-heure que je suis dans la salle d'attente d'une certaine Dr O'Donnell. Putain, il faut vraiment que mon médecin m'aie cassé les noix, pour que je sois là. A vrai dire, je suis persuadé, que c'est une mauvaise, très mauvaise idée. Mais j'ai promis d'essayer, et je n'ai qu'une seule parole...

Deux ou trois patients passent avant moi, qui commence à perdre patience, justement. Non pas que j'aie pas de temps pour moi, je n'ai rien à faire de spécial aujourd'hui. Mais... je n'ai pas franchement envie de déballer mes problèmes, me foutre à poil devant une inconnue. Enfin. C'est qu'un mauvais moment à passer, je serai bientôt dehors !

Je relève la tête lorsque j'entends mon nom, et c'est une jolie blondinette, souriante, et dont les yeux pétillent, qui me demande de la suivre, ce que je fais bêtement, silencieusement. Une fois dans son bureau, je m'installe dans la chaise qu'elle me montre, juste en face d'elle. Après un court silence que je trouve déjà trop long, je ne peux pas m'empêcher de lancer, sans vraiment réaliser :

- Qu'on soit bien d'accord, c'est mon médecin qui m'a envoyé vous voir. Je vais très bien !

Comment ça, j'suis pas crédible ? ça vaut le coup d'essayer non ? avec un peu de chance, peut être qu'elle me croira et me lâchera la grappe, qui sait ?

_________________

JUST LIKE ANIMALS

Baby I'm playing on you tonight, hunt you down eat you alive, juste like animals, animals, like animals-mals... © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Shelly O'Donnell
Petit Nouveau


Orientation Sexuelle : Hétéro
Ma bouille :
Avatar : Chelsea Kane
Profession : Psy
Age du personnage : 25




MessageSujet: Re: When there is a flame, someone's 'bout to get burned | Shelly Ven 6 Jan - 10:52

Petit à petit, mon emploi du temps se remplit. J'en suis plus que contente et hier soir en je n'ai pu m'empêcher d'appeler mon père pour lui donner non seulement des nouvelles de moi, de ma vie qui pour le moment est raplapla et surtout mon boulot. J'aime entendre sa voix souriante, ça me rassure....il me manque. Je suis ici depuis 5 mois, et j'ai parfois, le mal du pays. Ici, rien avoir avec mon pays. C'est vivant, c'est certain, mais je suis seule et d'ailleurs je pense sérieusement à avoir un compagnon. Aller.. je vous laisse deviner ! vous ne trouvez pas ? un chat ! a quoi pensiez-vous enfin ! non sérieusement, j'aimerais bien mais j'ai peur d'avoir un emploi du temps de plus en plus chargé. Pour le moment je déprime en dehors de mon petit cabinet, mais je sais que dans le temps ça ira.

Et ce matin j'enchaîne les rendez-vous. Une adolescente harceler à son école avec des tendances suicidaire. Elle vient me voir une fois par semaine depuis 2 mois. Le chemin va être long car en pleine crise d'adolescence, elle me tient tête, se renferme et se fait muette. Deux mois, et c'est aujourd'hui qu'elle à décider de m'avouer qu'elle n'était pas bien dans sa peau. Je le savais déjà, elle a tout les signes d'une ado dépressive, mais je voulais qu'elle fasse le premier pas. Quitte à rester une heure dans un silence de plomb à se regarder dans le blanc des yeux, je n'ai rien lâcher, et aujourd'hui est notre première avancée.

A peine le temps d'un café, mon 2eme patient est là. J'ai un peu de retard c'est un fait, mais je ne veux pas travailler à la chaîne, je ne veux pas que ces personnes face à moi, qui ont besoin d'aide, se sentent juste incompris, rejeter et pense que je n'en ai rien à faire. Je suis le genre de spy à ne pas hésiter pour annuler d'autres rendez-vous pour prendre plus de temps avec mon patient. Je préfère avoir peut de patients qui s'en sortent que d'en avoir à foison et les regarder s'enfoncer dans leur trou.

Cette fois-ci, je suis face à une femme avec une bonne addiction au jeux, d'ailleurs elle est interdite d'accès aux casinos et même aux jeux payants sur internet. Trois mois que je la suis, et enfin elle à suivit mon conseil, s'inscrire dans un groupe de paroles. Je pense que cela pourrait fortement l'aider surtout que dans celui-ci il y a des parrainages.

Je commence à me faire des relations, comme ce groupe. Si je peux diriger un patient là-bas, ceux-ci n'hésite pas à me conseiller auprès des leurs. C'est ainsi que cela fonctionne.

Une fois la séance terminer, je me fais couler un petit café Senséo qui d'ailleurs embaume mon bureau. Je suis une accroc de la caféine, je ne compte même plus les tasses d'ailleurs. C'est peut-être d'ailleurs pour ça que je suis une pile électrique !

Je regarde ma montre devant la cafetière, 15 minutes de retard...mince. Enfin, c'est les risques du métier on va dire ! Je me retourne et passe devant mon bureau ou y est poser une fiche avec un nom, prénom, rien d'autre. Je n'ai sais jamais ce qui m'attend. On pourrait dire que le médecin qui m'a prescrit aurait pu m'en dire plus non ? mais je refuse. Je préfère amener le patient à me le dire. Pour moi, cela voudra dire, ou non, qu'il a conscience de ce qu'il se passe, et ça, c'est un sacrée pas.

J'ouvre la porte de mon bureau et me dirige vers la salle d'attente que je partage avec d'autres médecins, kinés, généralistes... ça revient moins cher en loyer de faire cette cohabitation. Je m'arrête une fois arriver au pas de la porte et souris en regardant ces quelques personnes qui attendent.

- Monsieur Dwayne ?


Je vois un homme se lever et venir à moi. Je l'accueil de mon plus beau sourire en lui tendant la main pour serrer la suivre puis la relâche avant de lui tourner le dos, l'invitant à me suivre. Je m'arrête devant la porte de mon bureau ouverte et tend la main pour l'inviter à entrer avant moi, afin de pouvoir refermer la porte derrière nous. Je commence déjà mon travail en l'observant. Je vois clairement qu'il ne vient pas ici de lui-même, qu'il a plutôt envie de prendre ces jambes à son cou et de s'enfuir. Je n'ai pas besoin de lui demander de s'installer qu'il le fait de lui-même, bon déjà, je vais pas devoir me battre avec lui pour lui dire de poser son cul sur la chaise et de ne pas bouger, c'est déjà bien ! Moi, pendant ce temps là, je prend mon café, ma caféine, ma 3eme dose en y mettant un demi sucre avant de revenir à mon bureau, faisant face à cet homme avec un visage serein. Et oui, premier contact, c'est le visuel. Je me dois d'être calme, posé. En même temps je n'ai pas vraiment d'effort à faire ! je suis ainsi.

J'ai à peine le temps de m'asseoir qu'il commence à se justifier, ce qui me fait sourire alors que je regarde son dossier encore vide puis porte mon attention sur lui.

- Alors nous sommes d'accord. Et dans ce cas, j'aimerais bien savoir pourquoi votre médecin à trouver nécessaire de vous demander de venir ici.


Je bois une petite gorgée de café puis pose ma tasse en le regardant.


- Pourquoi êtes-vous ici, assis sur cette chaise, face à moi ? vous aviez le choix de refuser Mr Dwayne.


Je le regarde en souriant puis je fais de grands yeux

- Excusez-moi, je suis vraiment mal élevé !


Je me lève en pointant du doigt ma Senséo


- Souhaitez-vous un café ?

_________________

On ne peut pas changer les gens tu sais.

On peut juste leur montrer un chemin, puis leur donner envie de l'emprunter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Raphaël S. Dwayne
Membre chéri et adoré


Orientation Sexuelle : Hétéro
Avatar : Mathieu Fucking Sommet
Statut civil : Célibatârd
Profession : Caissier chez burger king
Age du personnage : 25 ans
Copyright : NJ ♥




MessageSujet: Re: When there is a flame, someone's 'bout to get burned | Shelly Jeu 12 Jan - 20:45

Je me demande toujours ce que je fous devant cette fille. Non, c'est sûr, j'ai aucune envie d'être là. Pourtant, je l'ai pris, ce rendez-vous. Alors maintenant, il va falloir que j'assume. Je sais que c'est stupide, que je ferais mieux de m'ouvrir, que c'est mieux pour moi. Depuis le temps qu'on me le répète, je crois que je commence à le savoir. En réalité, je n'ai jamais aimé les psys. C'est physique. Comme s'ils voulaient nous nuire, ou bien connaître la moindre pensée dans notre tête, voir même nous juger. Et c'est en partant de ce principe que presque malgré moi, un bloquage se créée. Enfin bon. Pour autant, je veux faire un effort, je veux m'en sortir, et je sais que si ça ne vient pas de moi, eh bien ... de qui ça pourrait bien venir ? Ça peut-paraître logique, voir stupide, mais pourtant, c'est vrai: pour que l'on m'aide, il faut que j'appelle à l'aide et que je ravale ma fierté mal placée. C'est d'ailleurs pour ça que je prends ma tête de nain renfrogné. Ma fierté, c'est tout ce que j'ai. Et je ne veux pas la perdre, alors...

A sa question, je me mords la langue. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'il m'a demandé de venir ici ? Très bonne question. Je n'ai pas envie de répondre, juste de partir. Si je dis quoi que ce soit, je risque d'exploser, de partir dans tous les sens. Oui. Le temps passe, mais il y a certaines blessures qu'on ne soigne pas avec du temps. Avec quoi soigner ça d'ailleurs ? Je soupire. Comment lui dire que si je me réfugie dans la bouteille, c'est pour oublier la douleur lancinante qui bouffe peu à peu mon coeur ? Que rien ne pourra remplacer ces gens que j'ai perdus pour des croyances, à cause de l'horreur dont fait preuve la race humaine, de la méchanceté et de la violence qui font aujourd'hui partie de notre quotidien, et que je l'ai compris trop tard ? D'un haussement d'épaules, je finis par lui lancer, totalement éhonté, d'une petite voix:

- 'paraîtrait que je bois trop. Et il a peut-être pas tort.


Dire ça pour moi est déjà un gros effort. Mais on dirait que mon courage retombe. Je me renferme à nouveau, perdu dans mes pensées. Les amis que j'ai perdus sont d'autant plus présents a mes côtés là maintenant, alors que je suis confus. Et d'ailleurs, s'ajoute à ma confusion la remarque de la blondinette en face de moi : j'aurais pu ne pas accepter. J'avoue ne plus savoir quoi répondre. Moi qui voulais me cacher derrière un "c'est pas moi, c'est le médecin", je suis démasqué. Alors dans un éclat de rire, je lui réponds :

- Ouuh. Touché.


Je baisse les yeux et mords ma lèvre inférieure, triturant mes mains, jusqu'à entendre le mot magique. Café ! Lui offrant un vague sourire, je lui réponds alors d'un ton calme:

- Je veux bien si ça ne vous ennuie pas !

_________________

JUST LIKE ANIMALS

Baby I'm playing on you tonight, hunt you down eat you alive, juste like animals, animals, like animals-mals... © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: When there is a flame, someone's 'bout to get burned | Shelly Aujourd'hui à 15:59

Revenir en haut Aller en bas

When there is a flame, someone's 'bout to get burned | Shelly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» joyeux noel et bon bout d'an !
» Un petit bout de parchemin qui dépasse..
» Marabout # Bout de ficelle...
» Le Chamane du bout du monde
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arizona Dream :: Phoenix :: Midtown West Phoenix-