Partagez| .

Honnête homme ou arnaqueur ? (28 juillet) [John Philips]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Florent Turing
avatar

Membre chéri et adoré


Avatar : Florent Pagny
Statut civil : On ne m'enchaîne pas
Occupation : Propriétaire d'un ranch et professeur
Age du personnage : 55 ans

EN SAVOIR PLUS ?


MessageSujet: Honnête homme ou arnaqueur ? (28 juillet) [John Philips] Lun 31 Juil - 5:24

Je suis maintenant installé ici depuis un moment, près de deux mois et je suis complètement prêt à vivre convenablement et normalement, donc plus dans des cartons. Ça fait du bien. J'ai défais tout ça lentement et tout seul. Même si je suis en forme, je ne suis pas un super-héros et les courbatures semblent de plus en plus fourbes à mesure que les années passent. Tout ça pour dire que lorsque j'ai vu qu'un de mes «voisins», pas si voisin que ça, avait un étalon à vendre pour pas trop cher, je me suis dis que j'allais sauter sur l'occasion pour lui rendre une petite visite. Après tout, ça ne m'engageait à rien et en même temps, je pourrais me renseigner sur cet animal qui m'intrigue, vu les mérites que l'homme semblait lui vendre dans l'annonce.

Je suis donc grimpé sur .. mes deux pieds, oui, j'avais envie de marcher et après tout ce n'était pas si loin. J'ai toqué à la porte et l'homme m'a accueilli, souriant, mais quelque chose sonnait faux. Je n'ai toutefois rien dis et je l'ai suivi auprès de son «parc» extérieur où l'étalon était tout en me racontant certains des plus grands exploits de la bête qui ne semblait pourtant pas en aussi bonne condition qu'il ne le laissait sous-entendre. En plus, le prix qu'il me demande me semble exorbitant. Malheureusement, niveau finance et performance par rapport aux chevaux sont assez limités.

_________________
Parle en Anglais - Français - Italien - Espagnol - Allemand


Savoir sourire à une inconnue qui passe..
N'en garder aucune trace, sinon celle du plaisir..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John A. Phillips
avatar

Petit Nouveau


Avatar : Travis Fimmel BY Lilady sur Bazzart
Statut civil : C'est compliqué...
Occupation : Rancher
Age du personnage : 35 ans

EN SAVOIR PLUS ?


MessageSujet: Re: Honnête homme ou arnaqueur ? (28 juillet) [John Philips] Jeu 3 Aoû - 18:48


     
ft. Buddy & Dude

     
Arnaqueur&canasson

     
     

     

"Johnny boy ? T'es par là gamin ?" "Oui m'sieur...je faisais ma sieste." Le vieux eut ce petit rire qu'il avait parfois. Il semblait plus détendu depuis quelques temps. Comme si les soucis c'étaient envolés de ses épaules. John était allongé sur le sofa de leur salon. Il préférait, parce que la chambre dans laquelle il vivait en attendant de toucher assez pour se trouver un appartement était dans une sorte de vieille grange aménagée et elle se transformait vite en four lorsqu'il faisait un peu chaud. Qu'il y avait un peu de Soleil. Plutôt que supporter l'étouffoir, John descendait donc se reposer sur le canapé un peu vieux, mais confortable de ses patrons. Et il y faisait sa sieste depuis un peu plus de quinze minutes. C'était suffisant. Aussi, lorsque le vieux était arrivé, il ne se sentait pas vaseux comme parfois le matin. "Je peux te parler gamin ?" "Ouais m'sieur." John avait toujours peur qu'il lui balance un petit "On ne peut plus te payer. On va tout vendre." Parce que pour John, les Johnsons étaient devenus comme une famille pour lui. Et il se fichait bien de ne pas être payé aussi cher qu'il pourrait l'être chez quelqu'un d'autre. Ce n'était pas tant pour le fric qu'il bossait. Mais parce qu'il en avait besoin. Se sentir utile, quelque part. Le vieux retira son chapeau et s'installa tandis que le rancher retirait ses jambes et se mettait assis.

"Fiston. Tu sais, avec Marte on s'dit qu'on a bien d'la chance de t'avoir. T'es un brave." "Oh msieur...j'fais que mon travail." "Non attends gamin. Attends. Laisse moi finir." Il était rude le vieux parfois. Et john sentait que ce qu'il voulait dire était difficile. Surtout pour un vieux cow-boy comme ça. Aussi se mit il a fixer ses chaussettes sans rien dire. "Voilà. Avec Marte, on n'a pas d'enfant. Pas d'famille qui nous reste. Marte a perdu sa soeur et son frère dans ce foutu incendie en 1957 et moi, bah ma soeur a jamais pu avoir d'gosse. Et elle est morte avant d'avoir...fin voilà. Et mon frère. Bah. N'en parlons pas. Du coup...on n'a pas d'héritier ni rien nous." John voyait peu à peu où il voulait en venir et il n'aimait pas ça. "Msieur Johnson...parlez pas d'chose qui fâche..." "Allons gamin. On se fâche pas. On discute. Il faut parler de ces choses-là. On peut pas faire comme si elles n'existaient pas hein ?" Un haussement d'épaule, c'est tout ce que John eût à répondre. Un bête haussement d'épaules.

"Du coup avec Marte...on veut que ce soit toi qui hérite tout ça. Quand on passera l'arme à gauche." "Non non msieur. J'peux pas accepter." "Oh gamin ! Tu veux que ça aille où après ? Hein ? A l'Etat ? J't'en prie boy. Ils vont construire un putain de parking avec un de ces putains de machins modernes avec des escaliers qui montent tout seul. Il y a peu, j'voulais vendre à l'autre abruti..." Il se tut. John ne se sentait pas très bien. C'était étrange de se dire qu'un jour, le vieux et la vieille ne serait plus là. Il se frotta la nuque, sans oser regarder son patron qui partit d'un rire. Une tape à lui décoller les poumons dans le dos. Il était encore vigoureux. Et comme pour détendre l'atmosphère, il le fit remarquer. "T'en fais pas va ! J't'en parle, mais hier encore, j'faisais grimper madame au rideau...comme vous dites." John se prit à rire avec le vieux et ils se quittèrent gentiment. Monsieur Johnson donna quelques directives à John. "Tu devrais aller voir si la barrière est solidement arrimé à cause des voisins là. Après prend ta journée gamin. T'en as besoin et t'en as le droit surtout."

Il faisait encore plutôt chaud. C'était agréable, pas trop étouffant, tout ce que John préfère. La flemme de sceller Boston l'emporta sur le confort et le rancher se rendit à l'écurie pour prendre son cheval et monter dessus à cru. Il commença par faire le tour des enclos. Alla s'assurer que les veaux étaient bien et puis il partit faire un tour. Il aimait bien, de temps en temps, prendre Boston et se barrer un peu. Parfois il allait dans un coin désert, d'autres, il faisait le tour des ranchers. Des fois qu'on aurait besoin d'un coup de main. Cela lui permettait d'offrir une sortie à Courtney de temps en temps. Pas grand chose, c'est vrai...mais un jour. Un jour, il pourrait lui offrir le restaurant. Un parfum. Un bijou. Enfin. Tous ces trucs qui, selon lui, faisaient frémir les dames.

Plissant les yeux, John ralentit Boston. Il voyait Billy Bob. Le vieux roublard de Billy Bob avec un type de petite taille qui discutait au loin. Sentant le coup fourré, John les suivit au pas. A tous les coups, le vieux B'Bob essayait de fourguer un de ces canassons à un pauvre herse qui n'y connaissait peut-être pas grand chose. Il faisait ça à tout le monde. Il avait, il y a peu, vendu une jument soi-disant bonne pour la copulation à ses voisins. Les blanc-bec détestés par la plupart des ranchers du coin, si ce n'était tous. John n'avait rien dit. Il avait même rit. Mais là, c'était pas des citadins. Il décida d'aller voir un peu ce qu'il se tramait.

"Vieux Bob...tu essaies encore de r'fourguer ta camelotte ?" Il arrêta Boston, qui était une bien belle bête, toute en muscle et en puissance, près des deux. Billy retira son chapeau et regarda John. "Qu'ess-tu fou là gamin ! Tu vois pas qu'on cause affaire ?" John sourit. Il descendit de son cheval qui ne bougea pas et tendis sa main à Florent. "Vous êtes le nouveau ? Moi c'est John Phillips. Johnny pour les amis." Il sourit. Ce sourire canaille, rejetant son chapeau sur l'arrière de son crâne, d'un mouvement de pouce. Il avait prit ce genre de tic à force de trainer avec le vieux Johnson. "J'peux peut-être vous renseigner ? Il vous demande combien pour Jo. C'est bien Jo Billy ?" Billy haussa les épaules. Il faisait moins le fier. Ce n'était pas un mauvais bougre, mais il vivait de magouille avec ses frères. Il avait de la bonne marchandise, mais il la réservait aux amis et connaisseurs. Big James, l'énorme taureau des Johnson venait de chez B'Bob. "Je me mêle peut-être de ce qu'il ne me regarde pas, monsieur. Et je m'en excuse, mais si vous êtes parti pour acheter Jo..." John était du genre jovial lorsqu'il s'adressait à Florent, de la même manière qu'il l'avait été en s'addressant à Billy. Bille et les Johnson étaient copains comme cochon, mais le vieux avait de la peine avec les magouilles des frères Salinger.

     
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
     

_________________

I'm lier.
« Avoir mal au corps de trop aimer »
Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme,
Ô Beauté ! ton regard, infernal et divin,
Verse confusément le bienfait et le crime,
Et l'on peut pour cela te comparer au vin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Florent Turing
avatar

Membre chéri et adoré


Avatar : Florent Pagny
Statut civil : On ne m'enchaîne pas
Occupation : Propriétaire d'un ranch et professeur
Age du personnage : 55 ans

EN SAVOIR PLUS ?


MessageSujet: Re: Honnête homme ou arnaqueur ? (28 juillet) [John Philips] Mer 9 Aoû - 18:09

Mes pas m'avaient portés jusqu'à mon voisin et après quelques longues minutes de marche, j'étais arrivé chez celui-ci. J'avais eu la chance de ne pas être accueilli d'une façon typiquement «Arizona», c'est-à-dire avec un fusil braqué vers moi, mes mains levées vers le ciel en signe de paix. Non, au contraire, j'avais été accueilli avec le sourire d'un brave homme, même si quelque chose dans le pétillement de ses yeux m'avaient mis la puce à l'oreille. On avait parlé un petit moment, j'avais observé la belle bête qui semblait être en bonne santé, mais surtout en bonne forme. L'étalon était remarquable. Je ne m'y connaissais pas beaucoup à vrai dire. J'avais monté à de nombreuses reprises dans ma vie de jeune adulte à l'époque, mais je n'avais jamais possédé de chevaux moi-même alors je ne savais pas vraiment ce que je devais savoir ni quelles questions j'étais censé poser.

J'écoutais avec attention ce que Billy avait à me dire et il me semblait savoir de quoi il parlait, mais en même temps, ça me semblait cher. Il vaudrait peut-être mieux que je rentre chez moi et que je passe un coup de fil à Savannah pour qu'elle m'aide à faire quelques recherches sur internet pour m'informer un peu plus des prix. Je le ferais bien moi-même, mais l'internet et moi, ça faisait deux. Bon, moi et la technologie tout simplement en fait. Mais ce n'était pas non plus quelque chose dont je me vantais.

Nous sommes sortis de notre conversation quand un jeune homme arrive, monté sur un cheval. Ses paroles me font froncer légèrement les sourcils, mais je tente de reprendre un regard neutre, jetant un petit coup d'oeil vers Billy. Ça ne semblait pas lu plaire de voir ce jeune débarquer. Je hoche pourtant la tête lorsqu'il s'adresse à moi, lui faisant un sourire tout en venant serrer sa main dans la mienne.

- Oui, c'est ça, je viens de racheter le ranch un peu plus loin. Et moi c'est Florent Turing, mais vous pouvez m'appeler Florent. Si vous pouvez m'aider, je pense que je peux dire que je suis enchanté de vous rencontrer !

Je ris légèrement, même si je suis sincère. Vu sa façon de se tenir, sa façon de replacer son chapeau sur sa tête, c'est forcément un mec avec beaucoup plus d'expériences que moi par rapport à tout ça. Je lui dis alors le montant que le Billy me demande pour la bête, un montant qui est probablement le double de la vraie valeur de l'animal. Je profites par la suite de la petite altercation entre les deux hommes pour regarder le plus vieux des deux qui ne semble vraiment plus être de très bonne humeur. Je secoue la tête finalement aux propos du John.

- Je n'ai pas de problème à ce que vous vous en mêliez personnellement, et vous Bill ?

S'il dis que oui, c'est forcément qu'il y a un problème dans le potage et je n'ai pas l'intention de me laisser avoir. Ce jeune, j'ai déjà plus confiance en ce qu'il dit et ce qu'il dégage, que l'autre.

- Qu'est-ce que vous en pensez ? Est-ce qu'il y a des choses que je devrais savoir sur Jo ?

Je repose mon regard sur John, mes bras croisés contre mon torse. Je n'avais pas de doute que lui me dirait toute la vérité à savoir. J'espérais simplement ne pas être en train de me faire arnaquer par un pote à Billy qui était engagé par celui-ci ou je ne sais quoi. De toute façon,j'avais de l'argent, ce n'était pas ça le problème. Je n'appréciais simplement pas que l'on cherche à m'avoir.

_________________
Parle en Anglais - Français - Italien - Espagnol - Allemand


Savoir sourire à une inconnue qui passe..
N'en garder aucune trace, sinon celle du plaisir..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






EN SAVOIR PLUS ?


MessageSujet: Re: Honnête homme ou arnaqueur ? (28 juillet) [John Philips]

Revenir en haut Aller en bas

Honnête homme ou arnaqueur ? (28 juillet) [John Philips]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Anselme de Bastylle [Noble Serramirois, marquis prétendant][Aetius][Validé]
» Philippe Esclavier - Il est plus facile d'être héros qu'honnête homme, héros nous l'avons tous été une fois. Honnête homme il faut l'être toujours.
» Le scélérat a ses vertus, comme l'honnête homme a ses faiblesses.
» Il est plus facile d'être un héros qu'un honnête homme... | Minas Tirith
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arizona Dream :: Phoenix :: Sunnyslope :: Habitations-